Actualités

Crédit: cellule de Thomas More à la Tour de Londres

Reconnaître Jésus sans le lapider

22 mars 2024 Billet Thomas More
Vue 157 fois

En ce temps-là, de nouveau, des Juifs prirent des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci reprit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père. Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? » Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, mais c’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. » Jésus leur répliqua : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. » Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains. Il repartit de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où, au début, Jean baptisait ; et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. » Et là, beaucoup crurent en lui. (Jn 10, 31-42)

Des Juifs dont nous ne devons pas douter qu’ils étaient très croyants, veulent lapider Jésus. Cela peut donc aussi nous arriver puisque nous sommes aussi croyants. Et cette lapidation prend sa source dans un double aveuglement.

Aveuglement sur les œuvres parce qu’elles émanent de personnes que nous avons catégorisées comme hors de l’Eglise. Il y a tant de témoins non catholiques, non chrétiens, qui font de belles et bonnes choses ! « Croyez les œuvres » nous conseille le Christ. Cela doit nous inviter à discerner les indices du Bien Commun même là où nous ne l’imaginerions pas. Car Dieu dans sa très grande miséricorde fera toujours du bien avec notre faiblesse et même avec notre péché. Mais aussi avec les péchés des autres ! Cette première exhortation de Jésus nous invite donc à éduquer notre regard à voir le beau, le bon et le vrai même et peut-être surtout auprès de ceux qui ne sont pas « de notre bord ».

 

Aveuglement sur l’origine des œuvres. Pour les Juifs croyants de son époque comme pour les catholiques croyants de la nôtre, il y a une tentation très naturelle à croire que nous sommes les passeurs exclusifs de la grâce de Dieu dans le monde. Quel orgueil et quel contre-sens ! Le Christ est venu pour tous les hommes. Ils ne cessent d’appeler Juifs et païens, partisans fanatiques de l’avortement et défenseurs de la vie naissante, franc-maçons, anti-spécistes et autres catégories dont notre temps raffole. Le Christ ne cesse de les interpeller et l’Esprit est à l’œuvre dans le cœur de tout homme « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit » (Jean 3,8)

 

Alors apprécions ce qui nous dérange avec l’éclairage de Thomas More dans la Tristesse du Christ  :

« Néanmoins, et c'est bien là la bonté de Dieu, nous qui sommes négligents et profondément endormis sur un oreiller de péchés, il nous dérange de temps en temps, nous secoue, nous bouscule, et il s'ingénie à nous réveiller par les tribulations. Et pourtant, tandis qu'il se montre si aimant, jusque dans sa colère, nous, dans notre immense sottise, nous recevons pourtant, la plupart d'entre nous, les événements à contre-sens en regardant comme un malheur un si grand bienfait. Si nous étions sensés, nous devrions cependant au contraire le supplier, avec force prières, chaque fois que nous nous éloignons de lui, de nous ramener sur le chemin à coups de bâton, malgré nos résistances et nos révoltes. »

Saint Thomas More, aide-nous à voir en tout homme et femme de notre temps, un frère et une sœur en Christ, animé par le même souffle et capable de manifester ta charité au cœur du monde.

 

 

 
 
 



Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.